Les plages du Mexique

Bordée par des côtes tant sur l’Atlantique que sur le Pacifique, le Mexique renferme environ 450 plages toutes aussi éblouissantes les unes que les autres. De quoi vivre des séjours balnéaires uniques. Que vous soyez en famille pour des vacances paisibles ou entre amis, des activités telles que le surf, le bateau vous attendent sous le climat agréable et ensoleillé du Mexique.
Toutefois, de cette immense diversité, certaines plages se démarquent de par leur beauté et surtout leur tranquillité.

Les fabuleuses plages de Tulum

Paysage paradisiaque, eaux turquoise, cocotiers décrivent bien la plage de Tulum. Cette ville du sud-est du Mexique, fière de ses reliques mayas, vous offre une vue imprenable sur la mer caraïbes. La tranquillité y est de mise et l’on y retrouve à certaines heures le calme mexicain. Vous y trouverez également des restaurants et des commerces variés où se vendent des produits régionaux.

La belle baie d’Isla Mujeres

L’« ile des femmes » en traduction, est un havre de paix et de sérénité loin de la vie agitée de Cancún. Eaux claires turquoise, riche vie marine, et paysage de rêves sont les atouts d’Isla Mujeres. Vous pourrez y faire de la randonnée subaquatique, de la plongée, nager avec des dauphins ou tout simplement vous prélasser au soleil sous un cocotier.

La Playa del Carmen

Bien qu’aujourd’hui très développée, la Playa Del Carmen autrefois petit village, reste très agréable. Les plages y sont belles et l’eau limpide. Elles sont couvertes de sables blancs et l’eau y est chaude et transparente. Vous pourrez profiter des températures agréables toute l’année, les hivers y sont doux et les étés chauds. De plus, vous pourrez y faire des sports nautiques tels du kayak ou encore du voile.

Manzanillo et ses plages paisibles

Village pittoresque, Manzanillo maintient tout le charme et la séduction propre aux vieux villages de pêche mexicains. Vous y verrez les Bahias Gemelas ou baies jumelles séparées par des rochers rocailleux, avec des plages de sable doré. Vous pourrez y faire de la plongée et voir dans ces belles eaux toute la variété aquatique qu’elles offrent.
Si toutefois, vous êtes beaucoup plus dans un esprit de fête, les plages de Cancún ou encore celles d’Acapulco vous raviront certainement. La vie festive dans ces villes mérite que l’on y aille.

Les particularités climatiques du Mexique

Situé en Amérique du Nord, mais au sud des Etats-Unis, le Mexique se trouve dans la partie méridionale du continent. Le pays est traversé par le tropique du Cancer, ce qui explique la présence de deux climats bien distincts : le climat subtropical humide et le climat tropical. Par ailleurs, le climat au Mexique est aussi influencé par ses nombreuses chaînes de montagnes : en effet, cela crée des différences d’altitude significatives entre les différentes régions, et donc des différences climatiques.

Le climat du nord

Le nord du Mexique possède un climat particulier, car il y fait chaud en été, mais aussi très froid en hiver. En outre, la chaleur en été peut aussi s’accompagner de pluies abondantes. Par ailleurs, l’altitude peut aussi jouer un rôle déterminant dans le climat. Les régions en hauteur sont généralement plus touchées par le froid en période hivernale, et même durant l’été, les soirées sont fraîches. Ainsi, si vous visitez des états comme le Chihuahua, le Coahuila ou le Sonora, il est préférable de le faire entre octobre et décembre, ou entre février et avril, car ce sont des mois ensoleillés, mais durant lesquels la chaleur est supportable. En outre, les pluies sont moins fréquentes, ce qui est préférable pour visiter les sites des régions du nord. Toutefois, prévoyez quand même des protections pour la pluie, car les cyclones sont assez fréquents dans le pays, ce qui peut chambouler sa pluviométrie.

Le_d_sert_de_Chihuahua

Le climat du sud

Pour la partie sud du pays, c’est le climat tropical qui prédomine. Il y fait chaud durant toute l’année, avec une température presque constante. Cependant, l’altitude peut avoir une grande influence. Du moment qu’elle ne dépasse pas les 1 000 mètres, la température tourne autour de 24 à 28°C. Ainsi, si vous êtes dans le Yucatan, le Quintana ou le Veracruz, vous pouvez emmener vos maillots de bain et vos tenues de plage, c’est l’occasion de profiter de la mer et de la chaleur. Par contre, pour une altitude comprise entre 1 000 et 2 000 mètres, la température peut descendre jusqu’à 16°C, et sans excéder les 20°C. Enfin, lorsque l’altitude dépasse les 2 000 mètres, il est possible que les températures descendent jusqu’à 8°C.

Yucatan-banner

Le climat au Mexique peut donc varier d’un endroit à un autre et il est très influencé par l’altitude, ce qui fait varier les périodes propices de visite.

Consulter la météo au Mexique

 

La gastronomie mexicaine: savoureuse…et épicée!

Issue d’un héritage préhispanique et européen principalement espagnol, la gastronomie mexicaine est très variée. En tant qu’état limitrophe avec de nombreux autres états, le Mexique connait des influences des cuisines caribéennes, asiatiques ainsi qu’africaines.

La base traditionnelle de la cuisine mexicaine est principalement le maïs, mais d’autres aliments d’origine autochtone sont également utilisés, notamment l’avocat, le haricot et la tomate. La saveur particulière de la gastronomie mexicaine est aussi due à l’utilisation de piments. En effet, le piment donne du piquant à cette cuisine. On en dénombre plus de deux-cent cinquante variétés. Le moins piquant est le chile Poblano utilisé pour farcir la viande, le plus fort est le chile Tabasco.

Les différents restaurants mexicains

pozole

Avec des milliers de saveurs, il existe d’innombrables types de restaurants au Mexique, pour tous les goûts et pour toutes les bourses. En voici quelques-uns :
– les pestos, espèces de gargotes ambulantes
– les mercados de comida, qu’on retrouve dans presque tous les villages. Ils proposent une cuisine typique très bon marché.
– les fondas, petits restaurants traditionnels servent des menus complets
– les restaurants à la chaîne du genre 100 % Nauralou ou Wing’s, proposant une cuisine assez douce, bien qu’un peu chère.

Quelques spécialités culinaires mexicaines

Il faut savoir que de nombreux plats typiques du Mexique sont d’origine précolombienne. Ils sont très variés, stimulants pour certains, très épicés pour d’autres… La cuisine mexicaine, on l’adore ou on la déteste. Si vous souhaitez un plat peu épicé (selon votre conception de Français), demandez un plat qui ne l’est pas du tout, sinon il risque de vous être difficile de l’avaler !

Un voyage sur mesure au Mexique vous permettra de découvrir des cuisines très différentes. Par exemple, dans le centre du pays, à Mexico, la cuisine est principalement réalisée à base de farine de maïs. En effet, dans cette région les paysans sont plutôt pauvres et cet aliment ne revient pas très cher. Dans le Nord du Mexique, on mange beaucoup de bonnes viandes bovines. Enfin, sur les côtes, les poissons et les fruits de mer sont bien évidemment au cœur de la gastronomie.

Assez de blabla, voici quelques spécialités mexicaines appétissantes !

En première place, on trouve la tortilla, un pain plat non levé à la base de la cuisine mexicaine. Celle-ci est généralement préparée avec des grains de maïs, même si dans certaines régions, elle est réalisée avec des grains de blé. Ces grains sont ramollis dans un mélange d’eau et de chaux pour ensuite prendre la forme d’une galette.

86ebc213e0f98319c2b45c900031c7c7

Les Mexicains adorent leurs crêpes de maïs ou de blé ! D’autant plus qu’on peut les farcir avec de nombreux ingrédients que ce soit de la viande ou légumes, des épices, des condiments et surtout des piments ! On peut également les farcir avec du guacamole, purée d’avocat dont raffolent les Mexicains. Ainsi on retrouve la tortilla dans de nombreux plats typiques du Mexique, notamment dans les tacos, les enchiladas, las quesadillas, les chilaquiles, les tostadas ou encore les totopos.

Les chiles en nogada sont une autre spécialité mexicaine : elles sont concoctées à base de piments verts fourrés d’amandes et de viande hachée. Ceux-ci son nappés d’une sauce blanche aux noix, garnies de pépins rouges de grenade. Lorsque le plat est préparé correctement, on peut entrevoir les couleurs du drapeau national : vert, blanc et rouge !

Quant au plat national mexicain, il s’agit du mole poblano : de la viande de dinde nappée d’une sauce aux piments, noix et épices avec un petit soupçon de chocolat amer. C’est une spécialité de la région d’Oaxaca.

 

Se déplacer au Mexique

Vous êtes tentés par le beau pays du Mexique mais vous angoissez à l’idée de vous déplacer pendant votre excursion ? Petit tour d’horizon des moyens de locomotion les plus surs, les plus pratiques et les plus économiques de la région.

Les transports en commun les plus fiables

L’autobuse et le colectivo

Le colectivo (ou minibus) est idéal si vous effectuez de courts trajets, généralement à l’intérieur d’une agglomération et en périphérie. Il reste le moyen de transport le plus économique et le plus efficace pour se rendre d’un quartier à un autre d’une grande ville. En termes de fonctionnement, il effectue toujours ses trajets sur des lignes préétablies et ne s’arrête qu’aux arrêts desservis. Il suffit de faire un signe de main pour qu’il s’arrête, et pour descendre. Une sonnette à l’intérieur du minibus permet d’avertir le conducteur du prochain arrêt.

En revanche, si vous devez effectuer des distances plus longues, il faudra se tourner vers le bus. Il existe plusieurs types d' »autobuse » au Mexique en fonction du confort souhaité. Les bus de seconde classe, assez rustiques, n’assurent qu’un standing minimum et s’arrêtent régulièrement. En revanche, la première classe bénéficie de toutes les commodités (toilettes, climatisation, T.V, sièges confortables…), qui peuvent se révéler indispensables lorsque le trajet s’éternise. Pour un confort maximal, des « bus de lujo » (bus de luxe) circulent également entre les grandes métropoles mexicaines. Ils ont l’avantage d’emprunter les routes payantes aussi souvent que possible et promettent un bien-être supérieur.

Ex: Consulter le site de la compagnie de bus ADO

colectivo

images

Les compagnies aériennes au Mexique

Plusieurs villes mexicaines sont équipées d’un aéroport, ce qui facilite les liaisons par avion. Cancun, Mexico, La Paz, Acapulco… : plus d’une soixantaine de villes sont desservies sur tout le territoire mexicain. Réputé pour sa fiabilité et sa rapidité, l’avion est un bon compromis, surtout pour de longs déplacements, qui nécessitent des heures interminables de route. Et inutile de dire qu’ils sont fréquents dans ce grand pays qu’est le Mexique.

Même si l’avion n’est pas encore à la portée de toutes les bourses, des compagnies low-cost ont fleuri sur le marché du transport aérien. En s’y prenant à l’avance, il est possible d’obtenir un rabais intéressant sur le prix du billet. Les compagnies Volaris et Interjet sont d’ailleurs souvent sollicitées par les touristes : elles sont considérées comme un mode fiable de transport au Mexique.

Utiliser une voiture personnelle

Si les transports en commun restent la référence pour circuler au cœur de l’Amérique centrale, vous pouvez également utiliser vos propres moyens de transport, soit en louant une voiture, soit en arrivant avec votre voiture personnelle.

Dans tous les cas, ce type de transport au Mexique n’est pas recommandé si vous ne connaissez pas le pays et ses environs. En règle générale, le trafic est mauvais, les routes sont abimées, et la signalisation est à revoir. Sans compter que le code de la route mexicain a ses spécificités. Il n’est pas toujours facile de s’y retrouver !

 

Quel est le coût de la vie au Mexique?

Pour visiter un pays étranger tel que le Mexique, il est important de connaître d’abord le coût de la vie qui y prévaut, afin de fixer le budget adéquat pour passer des moments agréables et sereins. Voici donc quelques informations de base pour mieux visualiser ce que peut vous coûter un séjour au Mexique. La monnaie du pays est le peso et sa conversion s’établit avec un taux avoisinant le 1 euro = 18 pesos.

Les fourchettes de prix pour se nourrir, se loger et circuler

L’hébergement est un des points essentiels d’un voyage à l’étranger. Il vous faut donc trouver un hôtel qui puisse répondre à vos attentes en termes de service, de confort et de localisation. Il faut noter qu’une nuitée peut varier entre 300 et 1 200 pesos, soit environ entre 18 et 70 euros. Certains établissements très luxueux peuvent dépasser ce prix, mais ils sont assez rares. L’alimentation est aussi un élément à ne pas négliger lors d’un voyage. Vous pouvez avoir un plat auprès d’un restaurant à partir de 80 pésos, soit 5 euros environ. Evidemment, selon la notoriété et la classe du restaurant, ce prix peut monter au fur et à mesure et les plats dans les restaurants les plus chics peuvent atteindre les 400 pésos, soit 24 euros. Quant au déplacement, le prix d’une course de taxi est très variable selon le trajet, mais négociez bien avec le chauffeur avant de monter.

50_pesos-mexicain

Les pratiques du pays en termes de monnaie

Au Mexique, le pourboire fait partie intégrante de la culture. Ainsi, il faut toujours en prévoir pour les personnes qui vous rendent service comme les portiers, les serveurs ou les femmes de chambre. Pour convertir les euros en pesos, les principales banques du pays sont les plus intéressantes en termes de taux. Toutefois, vous pouvez faire face à de longues files d’attente dans ces établissements. Vous pouvez alors vous tourner vers des bureaux de change qui changeront votre argent très rapidement, mais attention : ils peuvent aussi vous taxer des commissions élevées ! Par ailleurs, les banques du pays disposent de distributeurs de billets que vous pouvez utiliser si vous avez des cartes compatibles. Vous pouvez ainsi retirer des pesos en espèce à partir de votre propre compte en banque, mais les frais sont alors multiples : il est probable que votre banque et la banque de retrait prennent au passage une commission. Renseignez-vous donc bien avant votre départ sur les conditions de retrait à l’étranger. Quoi qu’il en soit, le coût de la vie au Mexique est nettement moindre qu’en France, surtout si vous trouvez des auberges et restaurants qui pratiquent des tarifs attractifs sans pour autant négliger la qualité de service.

Pour plus d’informations, consulter le guide du Routard et rendez-vous sur coutdelavie.fr 

 

La feria de San Marcos, où quand les Mexicains font la fête!

Cette féria est une fête internationale au Mexique. Autrement dit, toute la population locale y participe mais les touristes sont eux aussi conviés à festoyer avec les locaux. Courant avril et pendant trois semaines, des corridas, des spectacles musicaux, des expositions et des animations commerciales ont lieu à Aguascalientes. La ville est surtout réputée pour sa pratique de la tauromachie. Elle détient même une école spécialement dédiée à cette discipline ! A l’occasion de la féria, des jeunes ayant suivi la formation côtoient des professionnels : autant dire que les pratiquants se préparent longtemps avant cette date ; il s’agit de montrer le meilleur de soi-même !

San_marcos_bullfight_04San_marcos_bullfight_04San_marcos_bullfight_04corridadetoros

La feria de San Marcos est réputée pour être la plus ancienne du Mexique. Elle célèbre aussi le patron religieux, connu depuis l’évangélisation promulguée par les conquistadors. Elle attire énormément de monde. Pour les passionnés de corrida, le rassemblement se fait généralement à la Plaza de Toros, mais les familles préfèrent pour leur part profiter des festivités aux manèges installés à la Isla. Les férus de musique populaire ont quant à eux de quoi s’enthousiasmer au Théâtre del pueblo. Les autres peuvent assister à des combats de coqs ou des courses de chevaux et lancer leurs paris, venir admirer les bestiaux de la feria de San Marcos, et même encourager les adeptes de la Charrería (sorte de rodéo mexicain) en plein effort. En d’autres termes : à la Feria de San Marcos, il y en a pour tous les goûts !

La fête dure le jour et la nuit dans les nombreuses cantinas et bars, et surtout dans les rues de la ville. Ce sont des millions de repas qu’il faut préparer pour cette occasion, d’où une organisation pensée des semaines en amont. C’est l’occasion rêvée de goûter aux spécialités culinaires de la région, pour ceux qui ne les connaîtraient pas encore !

timthumb.php_

Comme la fête allie la tradition et les expositions commerciales, elle se prépare de nombreux mois à l’avance. L’Institut Culturel de la ville participe à l’organisation de la féria et choisit chaque année deux invités d’honneur : un pays et un Etat du Mexique. Ceux-ci auront pour mission d’animer quelques stands présentant leur culture durant la Feria de l’année qui suit. Depuis 1924, la Feria de San Marcos prévoit aussi l’élection d’une reine de beauté parmi les habitantes d’Aguascalientes.

Voir les autres événements au Mexique sur le routard.

Lire l’article Aguascalientes: Joselito Adame au sommet

 

La charreria, le rodéo mexicain

Le Mexique, pays phare d’Amérique du Sud, vous donnera surement le loisir d’assister à une charreria lors de votre voyage. Même si ce sport ne bénéficie pas de la publicité faite au football, il mérite tout de même que l’on s’y intéresse. Il est en effet le sport national du Mexique depuis les années 30.  Assez proche du rodéo, il est ancré dans la tradition et la culture mexicaine : il se pratiquait déjà dans les haciendas, où les éleveurs de bétail tentaient de se surpasser dans le maniement du cheval et du lasso.

A la dissolution de ces dernières, après la révolution mexicaine, la charreria a failli disparaître et ce n’est que grâce aux charros (nom donné aux cow-boys mexicains) que cette tradition fût préservée : cela passa par l’organisation de compétitions officielles, les charreadas. Habillés des vêtements traditionnels et coiffés de l’incontournable sombrero, on attendait des participants qu’ils démontrent tout leur talent de dressage, leur adresse et qu’ils fassent preuve de leur courage…

images

Au son des mariachis, les concurrents s’affrontent au cours de 9 épreuves (une dixième est réservée aux femmes) dont voici le déroulement:
-Défilé des équipes.
-Cala de caballo: chaque charro montre les qualités de son cheval
-Manganas: Maîtrise du cheval avec un lasso, à pied ou à cheval.
-Piales en el lienzo : le charro qui est à terre doit arrêter une jument sauvage lancée au galop en attrapant ses pattes au lasso.
-Coleadero: Le but de cette épreuve est de faire tomber un taureau en l’attrapant par la queue, du haut de son cheval.
-Terna en el ruedo: le taureau doit cette fois être attrapé avec un lasso.
-Jineteo de toro: c’est l’épreuve qui ressemble le plus au rodéo américain puisque la charro doit tenir le plus longtemps possible sur un taureau.
-Jineteo de yegua: Après les épreuves avec le taureau, le charro a de nouveau à faire à un cheval : il doit l’attraper au lasso.
-El paso de la muerte: l’épreuve ultime de courage puisqu’il s’agit de passer d’un cheval à un autre alors que les deux sont lancés à plein galop.
-Escaramuza: lors de cette dixième épreuve, les femmes s’affrontent en réalisant des figures acrobatiques sur leurs montures.

Charreria1

La charreria est donc un spectacle à ne pas manquer lors de votre prochain voyage au Mexique et le public déchaîné saura vous mettre dans l’ambiance!

 

Le mariachi, culture musicale mexicaine

Le terme mariachi désigne 3 choses : une formation musicale originaire du Mexique, le style de musique qui lui est associé ainsi que la culture musicale propre à ces deux éléments. Dans un groupe de musiciens, parfois composé d’une vingtaine de membres, on retrouve généralement des joueurs de violon, de guitare, de trompette, de trompette, d’un guitaron et de vihuela. Longtemps associée aux classes rurales, la musique mariachi est le résultat d’improvisations et de rencontres entre différents peuples : les Mexicains, les Européens (notamment les Espagnols) et les peuples africains. Elle correspond à un mélange de différents styles musicaux qui, au fil des années, ont évolué. C’est pour cette raison qu’on retrouve des instruments à corde, à vent et des percussions.

Trumpet player in Mariachi band

Très souvent, les musiciens chantent pour accompagner leur musique. Les membres du groupe sont vêtus de costumes traditionnels (le costume est orné de plus d’accessoires que celui d’un charro) et portent souvent un chapeau à large bord. Les chansons de mariachi abordent généralement les thèmes de l’amour, la vie quotidienne, la condition humaine, l’histoire du pays, la mort… Ces musiques sont pleines d’émotion et invitent le public  à participer en rejoignant le groupe pour chanter ou danser. En un mot, le mariachi est une musique vraiment conviviale, qui rassemble tout le monde.

4eb2ee72e7538_350x0

Après s’être propagée au Mexique puis en Colombie, la musique mariachi est aujourd’hui connue dans le monde entier. Elle est même inscrite depuis 2011 au patrimoine culturel et immatériel de l’humanité ; elle est en quelque sorte le symbole du Mexique. Elle accompagne les Mexicains dans tous les moments importants de leur vie : fiançailles, mariage, naissance, anniversaire… Cette musique touche ceux qui l’écoutent car elle évoque les traditions et l’histoire du pays. Au Mexique, il n’est pas rare de voir des groupes de mariachi dans les bars et les restaurants, dans les églises et même en pleine rue. Certains groupes peuvent jouer spécialement pour l’anniversaire d’une femme, pour la Fête des Mères ou tout autre évènement. Lors d’un voyage au Mexique, il est donc indispensable d’aller écouter un vrai groupe de mariachi mexicain!

Ecouter un extrait de mariachi

Lire aussi Les Femmes mariachis, lutteuses dans un monde d’hommes

 

La piñata, jeu favori des Mexicains

Haut en couleur et convivial le principe de la piñata est simple : on remplit un objet de cadeaux comme des bonbons, des cacahuètes, des biscuits ou encore des fruits séchés ; le contenant est ensuite accroché avec une corde en hauteur. Les joueurs doivent alors essayer de le briser avec un bâton pour obtenir toutes les friandises qu’il contient. Mais attention, pour compliquer les choses, ils doivent avoir les yeux bandés ! Chacun a droit à un coup de bâton avant de céder sa place à un des autres joueurs ; le gagnant est celui qui réussit à briser la piñata.

À l’origine de cette tradition amusante, plusieurs hypothèses. Une d’entre elles, sans doute la plus connue, atteste que le concept aurait été rapporté de Chine jusqu’en Italie et en Espagne avant de parvenir jusqu’au Mexique, ce grâce aux voyages de Marco Polo.

polo

Selon cette hypothèse, la piñata servait donc à l’origine à fêter le nouvel an chinois. Arrivée au Mexique, elle aurait en particulier été adoptée par les Aztèques, qui possédaient eux aussi une coutume similaire, dont le principe consistait à détruire avec un bâton et les yeux bandés, un pot de terre créé spécifiquement pour ce jeu et rempli de chocolats.

La piñata est souvent réalisée en papier mâché ou en terre cuite ; en fonction du volume que l’on veut obtenir et de ce qu’elle contient. Les piñatas en terre cuite seront plus couramment utilisées pour les fêtes de grandes envergures étant donner que le poids qu’elles soutiendront sera plus important. Les piñatas utilisées pour les anniversaires sont quant à elles généralement faites de papier mâché : elles sont faciles à réaliser, très colorées et se rompent facilement, pour ces raison ce sont les plus répandues.

pinata1.33945510_std

Si la piñata mexicaine possède aujourd’hui avant tout une connotation festive, elle est aussi très ancrée dans les croyances religieuses des mexicains. Certains y voient en effet un moyen de se rapprocher de la religion : en rompant la piñata les yeux bandés, ils s’affranchiraient de leurs peurs et montreraient par la même occasion que leur foi est aveugle face au mal qui les entoure. Cette croyance provient des conquistadors espagnols qui donnèrent à la piñata la forme d’une sphère à 7 pics, représentant les 7 pêchés capitaux. Cela était censé entre autre aider à convertir plus facilement les Aztèques au christianisme.

Lire aussi Posadas au Mexique: ciel, ma piñata!

 

Le volcan Nevado de Toluca

Le volcan Nevado de Toluca se situe à 80 km à l’ouest de Mexico. Avec ses 4 690 mètres, il est le quatrième plus haut sommet du Mexique. Il tient son nom du fait qu’il reste enneigé une grande partie de l’année. Sa température annuelle varie entre -2 et 12°C. Sa première éruption a eu lieu en 1 100 et la dernière en 1 330.

C’est un volcan éteint, de type strombolien ; autrement dit, ses laves sont plus ou moins fluides. Il est né de la subduction de la plaque Pacifique sous la plaque Nord-Américaine. On le définit comme un stratovolcan, ce qui signifie qu’il s’est constitué au fil de ses éruptions, par l’accumulation de coulées de lave et de couches de cendres. Ses versants sont pentus et à son sommet, on observe un dôme composé de lave très visqueuse et empli de gaz.

Nevado_de_toluca_a

Des fouilles archéologiques ont permis de trouver des vestiges d’anciennes cultures notamment des ruines aztèques.

Si vous aimez l’aventure, partez pour cette randonnée à plus de 4000 m d’altitude mais n’oubliez pas de vous munir d’un équipement adapté : la température au sommet du Nevado de Toluca peut être très basse ! L’excursion se fait en une journée ; il faut savoir que le site est ouvert tous les jours dés 8h00 mais qu’il ferme à 17h00 (attention l’accès au cratère par le dernier tronçon payant est fermé à partir de 15h00).

Nevado (9)

Vous pouvez accéder au volcan en voiture assez facilement, par un chemin de terre d’environ 26 km, qui part du bas du volcan et s’arrête 6 km avant le cratère. Il vous faudra ensuite emprunter un petit chemin qui vous fera descendre jusqu’au cratère. C’est ce dernier tronçon qui est payant. Pour arriver en bas du volcan, vous devrez prendre la route en direction de la vallée de Bravo. Quand vous apercevez l’indication pour le parc de Los Venados, tournez à droite. Continuez ensuite le chemin jusqu’au dernier tronçon.

Une fois arrivé au fond du cratère, vous pourrez admirer deux belles lagunes bleutées : la lagune du Soleil et la lagune de la Lune. Le paysage est lunaire et la promenade sur la crête qui ceinture le cratère offre des vues époustouflantes.